16 Oct

L’homme libre – Récit d’observation d’une classe Montessori en 1914

Ci-dessous un article publié en 1914 qui évoque les problèmes de l’éducation en France au début du 20ème siècle et la nécessité d’une réforme. En 2019, qu’en est-il ? A chacun d’avoir son avis.
Mais l’intérêt de cet article se trouve ailleurs selon moi. Le journaliste est allé observer une classe 3-6 ans à Rome, ouverte deux ans auparavant.  Il livre ici un témoignage très précieux sur le fonctionnement d’une classe assurément établit et supervisée par Maria Montessori elle-même. La tonalité laudative peut faire un peu sourire, mais cette pédagogie ne mérite-t-elle pas de l’admiration ?
Bonne lecture !

ARTICLE DU JOURNAL L’HOMME LIBRE – 26 JANVIER 1914

LA RÉFORME

DES

METHODES D’ÉDUCATION

Il n’est pas douteux qu’un mouvement d’opinion se manifeste en ce moment en faveur d’une modification radicale des principes de notre pédagogie. On l’a dit bien souvent, quand on compare la logique des méthodes qui président à la préparation d’un cheval de course, depuis sa naissance et pendant toute sa vie, à la carrière qui lui est réservée, et la routine dont s’inspirent depuis des siècles les méthodes par lesquelles nous préparons l’être humain à la place qu’il doit occuper dans la société, au mieux de ses propres intérêts et de ceux de celle-ci, nous n’avons pas lieu d’être fiers.

Il faut avoir le courage de le reconnaître, nos méthodes d’enseignement, non seulement celles de la haute culture, mais celles dont nous nous inspirons pour inculquer les premières notions de la vie environnante aux tout petits, et celles-là surtout, ont besoin de réformes radicales. La question n’intéresse pas uniquement l’individu, mais la collectivité.

Avec des citoyens mieux préparés à la vie, on fait des sociétés meilleures. Jean-Jacques Rousseau a exprimé cette idée en termes magnifiques. Sans aller jusqu’à dire, comme lui, que l’homme naît foncièrement bon, ce en quoi il néglige un peu trop l’influence de l’hérédité, il n’est pas discutable que l’homme mauvais, comme celui qui ne réussit pas, est le fruit d’une mauvaise préparation à la vie.

A l’heure actuelle, la base de l’instruction et de l’éducation à leurs débuts, reste, comme au bon vieux temps, l’enseignement de la lecture et de l’écriture. Dès que l’enfant sait lire, le maître n’a plus qu’une préoccupation, c’est de farcir sa mémoire et de lui enseigner de vive force la série des rois de Judas ou des dates de l’histoire de France, suivant le point de vue. Le principe de notre enseignement, c’est le principe d’autorité.

Ceci étant posé, il n’est pas un esprit libre qui ne demeure stupéfait en constatant que les méthodes de jadis n’ont presque pas varié, même entre les mains de nos instituteurs laïques. C’est toujours l’enseignement de la lecture et la culture de la mémoire qui prédominent, et par conséquent, dès l’enfance, l’étouffement de l’individualité naissante, et la négation du libre développement des jeunes cerveaux et de leurs dispositions naturelles, alors que celles-ci correspondent aux meilleurs moyens de lutte que l’enfant apporte avec lui dans la vie, et que son intérêt commande qu’elles soient dirigées dans le sens même qu’elles révèlent.

J’ai hâte d’expliquer par des exemples concrets ce que je veux dire, en supposant le problème résolu, ou plutôt en montrant comment il a été résolu dans les écoles qui s’inspirent, à l’étranger – car la France est là encore bien en retard sur ce point – des principes de pédagogie nouveaux fondés sur l’observation de la psychologie de l’enfant.

Entrez, à Rome, dans une des écoles installées depuis deux ans selon les principes de la méthode de la doctoresse Montessori, les Case dei bambini. Au premier aspect, vous aurez peine à croire que vous assistez à une classe. Les enfants sont assis chacun devant une petite table et s’amusent, semble-t-il, avec quelque jeu de patience. L’un range devant lui des écheveaux de soie de diverses couleurs, et les place en série selon les dégradations de la même nuance ; un autre dresse une colonne de cubes, de volumes régulièrement décroissants ; un autre s’efforce à loger des cylindres de tailles graduées dans une pièce de bois où chacun a un logement préparé, approprié à ses dimensions.  Celui-là, armé d’une feuille de papier et d’un crayon, dessine selon sa fantaisie ; celui-ci, avec de la terre glaise, fabrique de menus objets. Vous verrez peut-être plusieurs de ces enfants abandonner brusquement l’occupation qui les absorbait, et, bien sagement, se diriger vers une armoire aux battants ouverts, y, ranger leur jouet et en prendre un autre qu’ils rapportent à leur place. D’autres quittent la classe et vont jouer dans la cour voisine, si tel est leur désir. Pas de dispute, pas de cris ; des conversations, sans doute, mais dans cette Abbaye de Thélème en miniature, chacun agit à sa fantaisie, travaille ou s’amuse s’il lui plaît, ou observe le travail de ses camarades, les mains derrière le dos, avec cet air réfléchi, si curieux à observer chez les chers petits.

Et la maîtresse ? Vous la découvrirez assise dans un coin, observant le travail de l’un des enfants, ne lui parlant, une fois l’explication initiale donnée, que si celui-ci réclame son concours, mais alors s’abstenant de l’aider et se contentant de déclarer, quand l’ouvrage est terminé, même s’il est imparfait, que tout est pour le mieux. Jamais une réprimande, jamais une rectification. C’est de lui-même, et par l’éveil de ses facultés d’observation, que l’enfant s’aperçoit qu’il n’a pas réussi, qu’il a mis un cylindre trop petit dans un étui trop gros, ou qu’il est inutile de continuer d’essayer d’adapter exactement une pièce cylindrique dans une découpure triangulaire. Il ne reçoit de sa maîtresse que des encouragements. S’il se trompe avec trop de persistance, la maîtresse, un peu plus tard, s’installe dans son voisinage et, sans paraître prêter attention à lui, exécute le jeu elle-même sans commettre de faute. L’enfant accourt-aussitôt et, dès qu’elle s’est levée, recommence le jeu à son tour, cette fois sans se tromper.

Puérilités que tout cela, direz-vous ?
Bien loin de là. Ces exercices ont été habilement combinés pour éveiller graduellement chez l’enfant la curiosité, puis l’attention et la réflexion, et l’amener à acquérir, par ses seuls moyens, la notion des dimensions, celles de la forme, du poids, de la couleur, des rapports de dimension et de volume. Constamment intéressé par ce qu’il fait, il marche de découverte en découverte, et, ce qu’il a trouvé, il le conserve dans sa mémoire avec une ténacité bien supérieure à celle de toutes les notions que le maître le plus habile aurait cherché à lui imposer.

Au total, ce mode d’éducation par éveil spontané des facultés intellectuelles, auxquelles on se contente de fournir, sans en avoir l’air, des occasions favorables, repose sur cette observation, parfaitement banale, mais dont – il faut croire que la profondeur a effrayé jusqu’ici nos pédagogues, que « le cerveau ne garde bien que ce qu’il a trouvé lui-même ».

Même méthode pour l’éducation de la discipline. Jamais de réprimande, ni de punition. Si un enfant, dans les débuts de son séjour à l’école, frappe un de ses camarades pour lui arracher un objet qu’il convoite ou se débarrasser d’une requête importune, on ne le blâme pas ; on lui démontre qu’il s’est trompé et que ce n’est pas là la bonne manière de s’y prendre pour obtenir ce qu’il désire. Toujours on fait appel à son intelligence, jamais au respect d’un principe d’autorité extérieur à lui-même.

Les résultats de cette méthode d’éducation sont surprenants. Elle suppose bien entendu, des maîtres spécialement préparés, doués d’une patience à toute épreuve, de facultés d’observation psychologique très aiguisées et surtout s’intéressant passionnément à leur œuvre.

Le caractère des enfants ainsi formés est tout à fait différent de celui que nous observons chez les enfants du même âge instruits dans nos écoles ordinaires : ils sont gais, enjoués, audacieux ; ils ne réalisent en rien le type de l’ « enfant sage », silencieux, éteint ou sournois, qu’on propose trop souvent pour modèle aux autres écoliers : ils sont très vivants, acceptent ou réalisent d’eux-mêmes une discipline dont il comprennent le sens et qui ne les gêne nullement parce qu’ils ne pensent même pas à faire le mal, c’est-à-dire quelque chose d’illogique et de désordonné. Bien des grandes personnes pourraient leur envier cette mentalité de véritables hommes libres.

C’est qu’en effet, on a su éveiller chez eux, avec la confiance en eux-mêmes, s’enhardissant à chaque réussite nouvelle d’exercices secrètement combines pour leur révéler la perfection croissante de leurs moyens d’appréciation et d’action, la notion de leur individualité. Rentrés dans leur famille, ils étonnent leurs parents, par la fermeté de leur caractère, qui n’exclut pas l’exubérance ni la gaîté de leur âge. Tout fait penser que plus tard, ils seront des citoyens « conscients », disposés à n’admettre que ce qu’ils comprennent, et qui sauront aussi bien repousser les suggestions des tenants des dogmes préétablis, religieux ou politiques, que celles des anarchistes et des apôtres de la paresse triomphante.

Voilà, direz-vous, bien des miracles pour le choix heureux de quelques joujoux ! Ne vous y trompez pas : le joujou n’est rien ; tout est dans la manière dont on laisse l’enfant s’en servir. D’ailleurs, je n’ai parlé que des occupations élémentaires des tout petits. L’application du même principe les conduit graduellement à de plus hautes initiations.

Des lettres de l’écriture cursive – et non des lettres d’imprimerie – sont découpées dans du papier émeri et collées sur des morceaux de carton coloré.

Tout un alphabet est mis à la disposition de l’enfant, sans autres explications. Du doigt, il apprécie le contour de la lettre ; le rugueux du papier accuse même son relief ; avec un crayon il s’essaye à en reproduire la forme. Il arrive toujours un moment où il demande « comment cela s’appelle ». On lui livre le nom, et jamais plus il ne l’oublie. Quand nous procédons en sens inverse, que nous annonçons un F et que nous en dessinons ensuite la figure au tableau, le même résultat ne s’obtient qu’en dix fois plus de temps. C’est que l’enfant retient « sa découverte » : tout est là.

Peu à peu, il assemble ces lettres ; il en dessine des groupements au tableau ; au fur et à mesure qu’il le demande, on lui révèle les sons que ces groupements figurent. En quelques jours, il sait à la fois lire et écrire…

Je m’arrête, ne pouvant exposer ici que le principe de la méthode et indiquer ses résultats. Dès à présent, forte de ses premiers résultats, elle élève peu à peu sa portée, et ses promoteurs l’appliquent aujourd’hui à l’enseignement de l’histoire, de la géographie et des sciences. C’est toute une révolution qui s’organise.

Révolution, en effet, car elle substitue au principe de l’autorité celui de la liberté, avec l’art d’en tirer les fruits les plus avantageux. C’est à ce point de vue que je crois ne pas exagérer en disant que cette méthode d’enseignement et d’éducation, à la fois – car l’une est ici inséparable de l’autre – est la meilleure école du citoyen, et que là où elle sera appliquée, elle formera d’autres hommes que ceux que l’école, quelle qu’elle soit, a formés jusqu’ici. A ce titre, elle mérite de retenir l’attention de tous ceux qui s’intéressent à l’avenir d’un peuple. Elle laissera toute liberté à l’élite pour se produire, mais elle élèvera dans des proportions énormes le degré de culture, et surtout le sens pratique, de la moyenne. Elle ne laissera derrière elle aucun retardataire, aucun disgracié.

Il faut bien dire que cette méthode naturelle, c’est-à-dire fondée sur l’observation attentive du mode de développement normal des facultés intellectuelles à leur naissance, développement qu’elle suit et favorise sans jamais vouloir le commander, a eu pour premiers initiateurs des médecins, qui s’étaient voués, avec une patience admirable, à l’étude des enfants arriérés et à leur relèvement. Ce fut d’abord Itard, élève de Pinel, le libérateur des aliénés, puis Séguin, qui, en France d’abord, puis aux États-Unis, créa de toutes pièces une méthode d’éducation des arriérés. A ces noms, il faut joindre ceux du regretté Bourneville et de notre ami le docteur Beauvisage, professeur à la Faculté de médecine de Lyon, actuellement sénateur du Rhône, qui a tant fait – pour l’amélioration du sort et de la culture de ces déshérités. C’est donc, on le voit, une méthode bien française, et — la qualité de ses partisans contemporains en fait foi — bien démocratique, car elle a séduit d’abord les hommes épris d’affranchissement et de retour à la loi naturelle. Un jour devait venir où quelqu’un se dirait que les résultats obtenus ainsi, à grand renfort de patience, chez les arriérés, seraient infiniment plus favorables et plus rapides, appliqués au cerveau normal et tout neuf du jeune enfant. C’est à la doctoresse Montessori, médecin assistant de la clinique de psychiatrie de l’Université de Rome, qu’en revient l’honneur. Avec un zèle d’apôtre laïque, elle s’est mise elle-même à l’œuvre, ouvrit des écoles, créa un matériel d’enseignement, forma des maîtresses, et très rapidement, ses succès étant éclatants, arriva à la notoriété.

Sa première école date de 1907. Son livre, qui résume sa doctrine, les Case dei bambini, est de 1909. Actuellement, des écoles Montessori existent en plusieurs villes d’Italie, en Suisse, en Angleterre, aux États-Unis. A Rome même, l’école normale que Mme Montessori a créée il y a trois ans, et qui s’est ouverte avec quatre élèves, en compte aujourd’hui deux cent cinquante, provenant des nationalités les plus diverses. Son succès grandit rapidement.

En France, où le mouvement a été créé par une apôtre admirable, Mlle M. Dufresne, il n’existe encore qu’une école d’externes (rue du Général-Tripier, à Paris) et une école d’internes (à la Pouponnière du château Saint-Paul, à Chaville), cette dernière plus parfaite peut-être, et qui va autoriser une expérience plus complète de la méthode, car l’internat permet de soustraire l’enfant, au moins pendant quelque temps, aux influences perturbatrices du milieu familial, encore mal préparé à ces nouvelles conceptions. Plus tard, il faudra créer des écoles normales d’institutrices, ou du moins organiser dans ces écoles des stages d’institutrices, qui partiront de là pour adapter à un enseignement, qui sans doute est celui de l’avenir, les écoles maternelles d’abord, puis les écoles primaires. Enfin, les jeunes mères elles-mêmes en apprendront les principes, et ce jour-là, j’ose le dire, un grand progrès aura, été accompli pour l’amélioration de la race.

Ce mouvement, dans lequel, pour le moment, l’étranger nous dépasse — sans doute parce que les initiatives privées sont, hors de chez nous, l’objet de moins de méfiances — ce mouvement s’étend rapidement. Peut-être est-ce la première fois qu’il en est parlé, dans cet article, au grand public. Mais il m’a semblé que ce journal, avec son magnifique programme, était le premier à qui il convenait d’en confier la bonne nouvelle, puisque ce que cette révolution veut faire et ce qu’elle fera, ce sont des « hommes libres ».

BLONDEL

Article retrouvé dans les archives de la BNF et saisi par Alexandre Mourot, auteur du film Le maître est l’enfant.

Ce texte peut être téléchargé ici en PDF

Ecole Montessori à Barcelone dans les années 1930

11 Sep

Sortie aux USA et au Canada

Le film sort ce jour aux USA et Canada anglophone à l’achat ou à la location sur Itunes : Let the child be the guide.

Video ThumbnailAs a young father, watching his daughter go through her life experiences, film director Alexandre Mourot discovered the Montessori approach and decided to set his camera up in a children’s house (3 to 6 years of age) in the oldest Montessori school in France. Alexandre was warmly welcomed in a surprisingly calm and peaceful environment, filled with flowers, fruits and Montessori materials. He met happy children, who were free to move about, working alone or in small groups. The teacher remained very discreet. Some children were reading, others were making bread, doing division, laughing or sleeping. Contact us : http://www.montessorimovie.com

13 Fév

Ouvrir et fermer les boîtes

Voici une des premières activités qui se donnent dans une classe 3-6 ans Montessori. Comment aider l’enfant dans son développement ? Dans sa quête d’autonomie ? Dans son besoin de faire partie de la communauté humaine ? Dans sa confiance en soi à travers sa capacité à se sentir apte à réaliser des actes de la vie quotidienne, à se sentir apte à relever des petits défis ? C’est tout l’enjeu des « présentations » Montessori.
« La leçon exacte et intime donnée à chacun séparément est un don que l’éducateur apporte au plus profond de l’esprit de l’enfant. » Montessori.

Video ThumbnailEn plus de la précision, il y a beaucoup d'élégance dans cette présentation de "vie pratique"

10 Fév

Bande annonce du Tour de France des initiatives Montessori

Le bonus de 4h intitulé Tour de France des initiatives Montessori, réalisé par Alexandre Mourot, est enfin prêt.

Il est composé de 3 parties, réalisées à partir d’entretiens d’acteurs du privé et du public. Il comporte de nombreuses scènes de vie de classe, des photos, des citations.

Première partie (2h)
Où il est question de fondations d’écoles, d’architecture, d’écologie, de cantines, des enfants de 6 à 12 ans, des adolescents, des relations avec les parents… avec des acteurs du privé.

Deuxième partie (1h15)
Où il est question de Montessori dans l’école publique : la découverte de cette pédagogie, la transformation de la classe, les difficultés, les résultats…

Troisième partie (50 min)
Entretiens avec Christian Maréchal sur la posture de l’éducateur, la liberté, le matériel, les règles, la maison des enfants… Ils sont illustrés par des scènes inédites enregistrées lors du tournage du film Le maître est l’enfant.

A noter que 2 autres parties sont en préparation : Montessori et les autres pédagogies ; le thème de la paix.

Il est accessible en VOD ici.

A regarder en intégralité en VOD sur www.montessori-lefilm.org
05 Mai

Envoi des DVD

Comme le dit un ami, dans tout projet on finit toujours par faire le coursier. Ce fut le cas parfois avec des films (contenus dans des clefs USB) que j’ai dû remettre en mains propres directement à des cinémas, ou par exemple par l’intermédiaire de personnes qui faisaient du covoiturage et qui le confiaient à un correspondant basé dans la ville du cinéma. Et ce fut encore le cas hier, le vendredi 4 mai, pour aller récupérer chez un transporteur 3000 DVD qui devaient arriver semaine dernière. La moitié est déjà partie aujourd’hui par la Poste grâce à ma géniale collègue Salomé venue tôt ce matin. Le reste partira lundi 7 mai.
Pour limiter l’impact sur la nature, j’ai décidé de ne pas utiliser d’étiquettes mais d’imprimer directement à la fois l’adresse et le timbre sur une enveloppe (recyclée). C’est une enveloppe simple et non une enveloppe à bulles sur les bons conseils de la productrice, distributrice et réalisatrice Béatrice Camurat Jaud (Grande-Synthe le film) et elle n’a pas de bande de protection en plastique sur la partie adhésive. Enfin, les DVD commandés pour les envois depuis le site internet du film n’ont pas de cellophane.
Alexandre

 

27 Fév

Comment former à la pédagogie Montessori ?

Je viens de vivre une expérience magnifique à Archamps, en Haute-Savoie, où Benoit Dubuc, formateur Montessori 6-12 ans, met en œuvre son 4ème cours international.

Jeudi 22 février à 8h30, le cours s’ouvrait par une voix douce, celle d’une étudiante qui entonnait :

On vous souhaite tout le bonheur du monde
Et que quelqu’un vous tende la main
Que votre chemin évite les bombes
Qu’il mène vers de calmes jardins

Il y a plein de manières d’apprendre une théorie, une pratique, de s’exercer et de se sentir compétent. Mais voilà, lorsqu’on est confronté avec la réalité des enfants, d’une classe, les difficultés commencent, les doutes surgissent, des renoncements opèrent…
La pédagogie Montessori est une démarche scientifique mais aussi une philosophie. Une immense remise en cause de la posture traditionnelle de l’enseignant. Elle ouvre au respect profond de l’enfant, apte à bouleverser les adultes que nous sommes plus ou moins devenus, au gré d’une éducation parsemée d’obstacles et de quelques blessures jamais véritablement pansées. Elle vise le développement du potentiel humain.
La pédagogie Montessori est vertigineuse !

On vous souhaite tout le bonheur du monde
Pour aujourd’hui comme pour demain
Que votre soleil éclaircisse l’ombre
Qu’il brille d’amour au quotidien

Comment accueillir chacun avec sa personnalité, son passé, ses doutes, ses exigences, ses capacités ? Comment l’accompagner dans cette traversée de soi autant que dans l’apprentissage théorique et pratique de la pédagogie ? Pour qu’il puisse s’envoler, se diriger vers son potentiel humain et qu’à son tour, il puisse déployer son énergie au service des enfants ? L’envol est une question d’habileté, de force, mais aussi de soutien.

Puisque l’avenir vous appartient
Puisqu’on n’contrôle pas votre destin
Que votre envol est pour demain
Comme tout ce qu’on a à vous offrir
Ne saurait toujours vous suffire
Dans cette liberté à venir
Puisque on sera pas toujours là
Comme on le fut aux premiers pas

Pour Benoît Dubuc c’est très clair : le formateur doit œuvrer comme un éducateur Montessori. C’est à dire préparer un environnement propice à la cohésion humaine et au travail. Puis, cultiver la posture montessorienne d’accompagnement et de non jugement comme y invitait Maria Montessori : « [L’éducateur est] le gardien et le protecteur de la vie émergente. Son art est d’être toujours prêt à répondre et à aider là où c’est nécessaire. Il laisse la vie s’épanouir librement dans les seules limites du bien. Sa tâche est de donner l’opportunité à l’enfant de développer ses forces intimes et de devenir maître de lui-même»

Toute une vie s’offre devant vous
Tant de rêves à vivre jusqu’au bout
Sûrement plein de joie au rendez-vous
Libre de faire vos propres choix
De choisir qu’elle sera votre voie
Et où celle-ci vous emmènera
J’espère juste que vous prendrez le temps
De profiter de chaque instant

Benoît Dubuc s’entoure donc d’une considérable équipe. A la fois d’autres formateurs AMI et d’anciens étudiants à lui pour accompagner les stagiaires à l’immense tâche de devenir éducateur Montessori. La formation d’éducateur 6-12 ans, qui s’étale sur 2 années, c’est 22 semaines de formation dont 300 h de cours et 150 h de pratiques supervisées (1200 présentations à connaître !) auxquelles il faut ajouter 3 semaines de stages d’observation et 4 semaines de stages de pratique.

Durant ces 15 jours, était présente Uma Ramani, diplômée 3-6 et 6-12 et formatrice 3-6, directrice d’un centre de formation à Dallas. Elle a exposé les grands principes, les fondements théoriques du 3-6 car la formation 6-12 commence par une formation condensée du 3-6.

Uma Ramani est une de ces personnes qui suscite, au premier coup d’œil, respect et admiration. Elle incarne l’autorité intellectuelle tout autant que l’humilité des grands devant les petits.

Debout, presque immobile, une tasse de thé à la main, avec des phrases courtes dites dans un anglais très clair (traduit simultanément en Français), les 50 étudiants l’écoutent dans un silence absolu. Ni parole, ni geste inutile, tout comme bon éducateur 3-6 ! Plus qu’elle n’enseigne, elle convoque l’intelligence de chacun par les multiples questions qu’elle pose, par la profondeur de ses propos. D’ailleurs, de tous ces cours, l’étudiant ne devra pas donner des résumés mais des schémas illustrant un point particulier, écrire une réflexion personnelle sur un texte à lire, etc. La pose venue, on a du mal à se libérer de cette atmosphère sérieuse, exigeante. Ne faut-il pas cela pour celles et ceux qui se destinent à accueillir les précieux dons de l’humanité que sont les enfants ?

Extraits de sa conférence sur Liberté et Discipline :

« Le développement de l’enfant est comme une rivière qui doit suivre son cours jusqu’à la mer. Si un obstacle se trouve dans le lit de la rivière et que l’enfant ne suit pas son cours naturel, la rivière se dévie, il peut y avoir des inondations, des crues,.. »« Lorsqu’on voit des déviations chez l’enfant, on doit se poser cette question : qu’est-ce qu’il y a dans l’environnement qui produit ces déviations ? Il faut donc identifier puis supprimer les obstacles produits par l’environnement. Sans oublier les obstacles situés à l’intérieur de nous-mêmes. »
« Si l’enfant doit obéir à des lois qui ne sont pas les siennes, alors survient l’indiscipline. »
« Si on veut établir les bases de la discipline, on doit faire en sorte que l’environnement fonctionne avec les lois naturelles et établir des règles qui sont en accord avec les lois innées de l’enfant. »
« On peut faire des listes et des listes des règles arbitraires infligées aux enfants : pas plus de 3 enfants à la fois dans la bibliothèque, etc. »
« Pour préparer l’environnement il faut se poser la question : qui est cet enfant ? Quels sont ses pouvoirs, ses manières d’agir, ses besoins, ses tâches ?. C’est seulement avec cette compréhension qu’on peut penser à préparer l’environnement.Un exercice d’observation : noter le temps que les enfants consacrent à s’adapter à un environnement non préparé pour eux. Penser à tous les aspects de la vie de l’enfant : où vont-ils travailler, manger, se divertir, se reposer… ? Une fois que tout est défini, on peut penser à installer le matériel. »

« Quel est notre contrôle de l’erreur en tant qu’éducateur ? La joie de l’enfant ! » 

A l’issue de la dernière conférence d’Uma Ramani, la joie se lisait dans les yeux humides des étudiants.

Alexandre Mourot, réalisateur, auteur du film Le maître est l’enfant, éducateur AMI 3-6 ans.

Pour en savoir plus sur cette formation : https://www.montessorifrancophonie.org
La chanson : Tout le bonheur du monde, auteur Sinsemilia

20 Fév

Des nouvelles

Pour ceux qui ne sont pas inscrits à la newsletter, voici quelques nouvelles.
Comme vous le savez, Le maître est l’enfant est sorti en salles le 27 septembre. Nous comptabilisons à ce jour près de 60 000 spectateurs, le film restant à l’affiche dans de nombreuses villes, que ce soit en France, en Belgique, en Suisse, au Luxembourg et bientôt au Québec. Toutes les projections sont listées sur le site internet du film ou la page facebook.
Si le film n’est pas passé dans votre cinéma local, n’hésitez pas à leur réclamer : une projection sur deux aujourd’hui a pour origine une demande locale.Des distributeurs étrangers ont montré un intérêt pour le film : il paraîtra en Italie, Thaïlande, Japon…

Vous êtes nombreux à attendre le DVD, que vous ayez participé au crowdfunding initial ou que vous l’ayez précommandé sur le site internet. Tout d’abord il faut savoir que nous sommes soumis à la loi française de la chronologie des médias qui nous imposait de respecter un délai minimum de 4 mois après la date de sortie en salles. Ensuite, le succès du film et les nombreuses sollicitations qui en ont découlé ont entrainé un léger retard pour la réalisation du DVD, en particulier pour finaliser le tournage et montage des bonus. La livraison est prévue pour le mois d’avril.

Pour la suite de la newsletter, cliquez ici.

Merci de votre confiance et à bientôt,
Alexandre Mourot
23 Jan

Quelques liens vers des médias qui ont parlé du film

La Maison des maternelles : « Énorme coup de coeur » de Benjamin Muller
https://www.youtube.com/watch?v=ysyBPUKqVk4

La chronique d’Anne Cabauzon sur Europe 1 : 
 »[…]ces films qui nous ouvrent un peu plus les yeux sur nos potentiels et qui mettent un peu plus de conscience dans nos vies. »
http://www.europe1.fr/emissions/antidote/plongee-au-coeur-dune-classe-montessori-3448127

Politis : « La liberté, c’est classe »
https://www.politis.fr/articles/2017/09/le-maitre-est-lenfant-la-liberte-cest-classe-37654/

Ecole des lettres : « Le maître est l’enfant », d’Alexandre Mourot : le temps d’apprendre à vivre
http://actualites.ecoledeslettres.fr/arts/cinema/maitre-lenfant-dalexandre-mourot-temps-dapprendre-a-vivre/

Rue des Ecoles sur France Culture :
https://www.franceculture.fr/emissions/rue-des-ecoles/montessori-superstar

Femininbio : « Apprendre avec une passion sincère »
https://www.femininbio.com/agir-green/actualites-nouveautes/maitre-est-l-enfant-apprendre-passion-sincere-90789

TheArtchemists : « L’urgence d’une utopie pédagogique  »
https://www.theartchemists.com/maitre-lenfant-lurgence-dune-utopie-pedagogique/

Parents : « Inspirant »
http://www.parents.fr/actualites/enfant/le-maitre-est-lenfant-sort-au-cinema-169219

The Milk magazine :
 »Le maître est l’enfant parvient à une incroyable démonstration in situ des possibilités offertes par cette éducation, loin des méthodes classiques. Le documentaire délaisse délibérément l’analyse de la méthode pour donner à voir sa concrétisation sur le terrain. Limpide ! »

Les films de la rentrée