15 Mar

La vache verte

« Un petit garçon se donnait bien du mal un jour pour colorier une vache en vert. Son maître s’approcha et lui dit : « Voyons ! Il n’y a pas de vaches vertes ! Cela n’existe pas ! », ce à quoi l’enfant répondit calmement : « C’est bien pourquoi j’en fais une ! »

Ce bref dialogue condense de nombreuses informations sur une attitude fréquente des adultes à l’égard des enfants. La remarque du maître impliquait que l’enfant – observateur s’il en est ! – ne s’était pas aperçu qu’il n’existait pas de vaches vertes, ou que, s’il l’avait remarqué, il commettait une faute en coloriant une vache dans cette teinte qu’elle n’a pas dans la nature.
Cette remarque, non sollicitée, témoigne d’un manque de respect pour l’enfant et d’une méconnaissance de son intelligence et de sa capacité à observer et à faire des choix autonomes.

Ce garçon, heureusement pour lui, était solide affectivement, mais des enfants plus fragiles se montrent parfois découragés au point de désespérer lorsque leurs initiatives sont désapprouvées par des remarques d’adultes, même lorsque celles-ci partent d’une bonne intention. L’enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on, mais ce dicton ne prend-il pas une résonance sinistre lorsqu’il s’agit des bonnes intentions de l’adulte et de l’enfer de l’enfant ? »

Extrait d’Educateurs sans frontières de Renilde Montessori, petite fille de Maria Montessori.

dessiner-drapeau-1200